Restaurant à Paris : Saperlipopette ! A ne rater sous aucun prétexte !

thumb_IMG_3927_1024
Norbert Tarayre… On adhère ou on n’adhère pas, en tout cas il est bien là ! Depuis Top chef saison 3, il a eu le temps de publier des livres, d’animer des émissions, mais surtout d’ouvrir un restaurant qui vaut largement le détour, et joliment prénommé : Saperlipopette ! Une très belle découverte un peu à l’écart de Paris (dans la ville de Puteaux pour être plus précise) où il fait bon saisir l’instant autour d’un excellent repas, dans une ambiance où l’élégance se marie à merveille avec la jeunesse d’esprit de l’établissement.

Etablissement qui d’ailleurs vous réserve déjà une belle surprise à votre arrivée : il se situe sur une place récemment restaurée au centre de laquelle trône un magnifique manège qui vous replongera avec bonheur dans vos souvenirs d’enfance. La devanture du restaurant vous annoncera tout de suite la philosophie du lieu : 100% bistronomique ! Le côté décalé avec la vieille voiture qui vous accueille, et l’élégance du noir : un équilibre humoristique réussi.

Pour ce qui est de l’intérieur, vous aurez le choix entre plusieurs salles : la salle principale, la bibliothèque, ou l’étage. Malheureusement, la disposition des lieux rend les 2 salles en bas (salle principale et bibliothèque) bruyantes dès lors que les clients abreuvent. Je vous conseille d’ailleurs de réserver, sinon y obtenir une table à l’improviste relève du miracle, et de choisir la salle à l’étage si vous souhaitez plus d’intimité. Concernant le confort, je n’apprécie que peu ces tables basses accompagnées de fauteuils dans lesquels vous avez le choix entre : être affalés au fond de l’assise et ne plus avoir le bras assez long pour atteindre votre assiette, ou vous asseoir tout au bord et être pliés en 2 pour manger correctement avec le plaisir d’avoir mal au dos le soir même. Mais je n’exprime ici qu’un avis qui m’est tout à fait restreint, j’ai bien conscience que certaines personnes peuvent apprécier ce côté « décontracté » !

Saperlipopette UneclairencuisineAu-delà de l’assise, les lieux sont élégants, modernes, et la luminosité respecte un parfait équilibre : à la fois tamisée et assez perçante pour que vous puissiez contempler (c’est bien connu, on mange d’abord avec les yeux !) les mets que l’on vous sert avec le sourire.

Car oui qu’en est-il du service? Rien à redire, si ce n’est du positif ! Le personnel est jeune, dynamique, souriant et particulièrement attentif à satisfaire vos envies (même si une légère teinte de prétention règne en toile de fond).  Les plats vous sont d’ailleurs servis avec une rapidité étonnante dans un 1er temps, mais qui s’explique par une carte relativement restreinte (4 entrées, 6 plats, 4 desserts). Personnellement, je considère qu’une carte proposant un choix limité est loin d’être un défaut, mais plutôt un critère de qualité ! Celle-ci fait effectivement partie des valeurs prônées par Saperlipoppette : des produits de saison et de première main, travaillés sur place, le gage d’un vrai fait-maison dont les saveurs raviront vos papilles.

Assez trainé, attaquons le vif du sujet : les plats ! A peine installés, vous aurez le plaisir de vous voir offrir des toasts avec une excellente tapenade qui accompagnent à merveille l’apéritif que vous aurez commandé, dont la présentation est également savamment pensée. L’entrée qui était à la carte lors de ma visite « Foie gras poêlé, pomme cuite, fruits des bois et noisettes caramélisées » peut tout simplement être qualifiée de divine. Le foie gras était merveilleusement relevé par la pomme dont la cuisson ne pouvait être mieux réussie, douce et fondante à souhait, équilibrée par le croquant des noisettes et les saveurs plus prononcées des fruits rouges.  En bref : une tuerie. J’ai malheureusement constaté qu’elle n’est actuellement plus à la carte, mais je ne doute pas que notre cher Norbert ait dégotté de nouvelles associations tout aussi délicieuses.

Saperlipopette Uneclairencuisine

Pour le plat, le carrelet était fondant et bien cuisiné, mais ne sortait pas de l’ordinaire. Cependant, la canette laquée au miel, accompagnée de sa purée de carottes fut un régal ! A l’image de l’établissement, la présentation des plats est raffinée et vous invite à plonger votre fourchette avant même d’avoir songé à prendre une photo (je plaide coupable, mais au moins cela vous incitera à y faire un tour d’autant plus vite !).

Le dessert, qui s’est un peu fait attendre par rapport au reste (le succès du restaurant et les salles combles ayant fini par avoir eu raison de l’efficacité du personnel), était un délice tel que j’ai tenté de le refaire dès le lendemain (et dont la recette a été publiée avant la critique du restaurant : Tartelettes crème de pistache & figues). Sceptique au départ, cette tartelette en sablé breton, surmontée d’une crème de pistache, des figues fraîches et d’un sorbet figue m’a tout simplement laissée pantoise. Frais, léger, sucré sans excès, tout simplement parfait pour finir ce diner.

Saperlipopette Uneclairencuisine

Enfin, si vous avez le plaisir tout comme moi de finir votre repas sur une boisson chaude, on vous amènera un thé, et pas n’importe lequel : un Mariage Frères évidemment ! Et jusqu’au bout, le soin et les « petits plus » qui font toute la différence sont toujours présents : des sablés viennent finir de combler votre gourmandise.

Saperlipopette Uneclairencuisine

 

Saperlipopette UneclairencuisineEt l’addition dans tout ça me direz-vous? La formule entrée/plat/dessert sans les boissons s’élève à 39 euros. Honnêtement, entre la qualité des plats, les « à-côté »,  le soin et le cadre, le rapport qualité-prix est tout à fait honorable ! La seule vraie fausse note à mon goût est le manque de confort et le brouhaha permanent qui y règne, et malgré tout j’y retournerai avec plaisir. Alors avis aux parisiens et aux touristes : allez y faire un tour, mais n’oubliez pas de réserver !

En résumé : 

Cadre : 13/20

Rapport qualité-prix : 17/20

Service : 15/20

Saperlipopette

24 rue Mars et Roty

92800 Puteaux

01.41.37.00.00

Saperlipopette est ouvert 7j/7, de 8h30 à 23h, et propose une formule brunch le dimanche. A tester aussi : le petit frère de Saperlipopette : Macaille, qui a ouvert ses portes cette semaine.

Plus d’informations sur leur site : http://www.saperlipopette1.fr/, réservation en ligne possible !

Saperlipopette Uneclairencuisine

Publicités

Salon de thé à Paris : La célèbre maison Angelina – un bilan mitigé

Façade

Fondée en 1903 par un confiseur Autrichien qui lui donna le nom de sa belle-fille, la maison Angelina est devenue un lieu incontournable à Paris. Elle doit sa réputation à deux produits phares : le chocolat chaud « Angelina » et un Mont Blanc revisité. Les célébrités y ont paradé, tout comme (désolée pour la référence ultra-féminine) la fameuse Coco Chanel. Tous ces éléments font, lorsque vous recherchez sur notre plus grand ami (je parle bien évidemment de Google,) les meilleurs endroits pour prendre un petit-déjeuner sur Paris, voilà que l’ensemble des blogs/articles vous orientent vers elle. Alors quoi de mieux que d’aller y faire un tour pour voir si sa réputation est méritée ?

Arrivés sur les lieux, vous aurez déjà l’opportunité de mettre à l’épreuve votre patience face à une file d’attente d’une longueur respectable, puisqu’elle vous permet à peine de passer la porte de l’établissement (et il faut noter qu’elle est composée à 90% de touristes asiatiques qui dégainent leur appareil photo environ toutes les 15 millisecondes, ce qui vous amènera probablement à vous demander ce qu’ils font de ces superbes photos de « tapis », « rambarde » et autres éléments que vous auriez ignorés en temps normal).

Passée ce moment d’égarement où vous aurez eu le loisir d’admirer de loin les pâtisseries vendues dans la boutique (et de vous poser des débats existentiels sur nos très chers touristes photographes), une hôtesse d’accueil vous orientera vers l’une de ses collègues afin qu’elle vous amène à votre table. Le personnel est, à l’image du lieu, souriant mais distant. Enfin assis sur un fauteuil à l’ancienne (dont l’assise se révèle quelque peu inconfortable), vous pourrez prendre le temps d’observer la décoration raffinée et élégante de l’établissement, ainsi que les peintures qui ornent notamment le plafond, mais dont les tons peuvent vite se révéler tristes dès que le temps se couvre. L’absence d’ouverture vers l’extérieur assombrit regrettablement la pièce. L’établissement étant souvent bondé et les tables rapprochées, le lieu devient vite désagréable par la cacophonie permanente qui y règne.

Salle

La carte en main et selon l’heure, vous aurez le choix entre les formules du petit déjeuner/brunch, les mets salés ou encore les formules pour l’heure du thé. Pour les formules petit-déjeuner testées, vous aurez droit à un ensemble de 3 mini viennoiseries, un petit pain, un jus de fruit et une boisson chaude (pour la formule « Parisienne ») agrémentés d’une salade de fruits et d’oeufs cuits à votre convenance (pour la formule « Angelina »). Gourmande, je choisis bien évidemment le chocolat chaud. Qu’en est-il de ce fameux chocolat qui fait toute leur réputation ? Onctueux et sucré, il est effectivement délectable. Il ne faut cependant pas en abuser car il peut devenir écoeurant pour certains. La chantilly qu’on vous sert dans un ramequin adjacent, telle une pépite, est l’une des pires à ma connaissance. Très étonnant je vous l’accorde, mais la texture tout autant que le goût sont à revoir. En bref, ni aérienne, ni sucrée, vous y plongez une fois la cuillère sans y revenir.

Début

Chocolat chaud

Qu’en est-il du reste ? Le jus d’orange est bon, sans sortir de l’ordinaire, des oranges pressées telles qu’on peut en trouver dans n’importe quel café qui sache un tant soit peu les sélectionner. Les mini viennoiseries, de même, sont relativement bonnes mais restent loin de l’excellence. Très grasses pour ce qui est du petit pain au chocolat et et du croissant, tandis que le pain au raisins se révèle sec. Ouf, les petits pains viennent sauver la donne ! La texture et le goût sont divins. Malheureusement, on apprend si l’on pose la question que celui-ci n’est pas maison mais provient d’une boulangerie Parisienne. Bon, ils se rattrapent au moins sur les accompagnements : les confitures sont tout simplement exquises (n’ayant d’ailleurs pas eu assez de pain pour les finir, je me suis enfuie avec). Toujours dans cette même lignée, l’omelette proposée dans la formule « Angelina » ne vous fera pas vous extasier. La salade de fruits a le mérite de vous proposer des saveurs exotiques que vous ne retrouveriez pas ailleurs.

Viennoiseries

Tous ces mets vous seront proposés sur une table dont la taille vous amènera à déplacer et déplacer encore les différentes assiettes afin de réussir à manger ce que vous souhaitez, sans jamais réussir à poser ne serait-ce que votre poignet (ni votre coude en fin de repas, même si la bienséance nous invite à éviter ce genre de tenue). Pas très agréable me direz-vous, et vous aurez bien raison.

Et la note dans tout ça me direz-vous? 20 euros la formule « petit déjeuner Parisien » et 29,50 pour le « petit déjeuner Angelina ». Au vu du portrait que je viens de dresser, le tarif parait excessif, et reposer pour beaucoup sur la notoriété du lieu. En bref, même si cela vaut le détour une fois dans sa vie pour aller déguster leur chocolat, je ne conseillerai pas cet endroit pour le petit déjeuner. Je n’ai pas eu cependant l’occasion de tester leurs pâtisseries qui semblent elles, de par leur créativité et la qualité des ingrédients utilisés, valoir qu’on prenne le temps de s’arrêter.

Note

En résumé : 

Cadre : 14/20

Service : 14/20

Rapport qualité/prix : 13/20

Angelina

226, rue de Rivoli

75001 Paris

Ouvert de 7h30 à 19h du lundi au jeudi, de 7h30 à 19h30 le vendredi, et de 8h30 à 19h30 les week-ends et jours fériés

http://www.angelina-paris.fr/fr/

Allez pour le fun, une photo des toilettes des dames, dont l’ambiance raffinée donne envie d’y faire un tour même si aucune raison physiologique ne vous y presse…

Toilette

Boulangerie Eric Kayser à Paris : gage de qualité

KayserQui n’a pas entendu parler des fameuses boulangeries d’Eric Kayser ? Ce boulanger se fait d’ailleurs connaître par ses ouvrages où il livre – pour notre plus grand bonheur – ses recettes tant pour le domaine de la boulangerie que de la pâtisserie (pour ceux que cela pourrait intéresser : http://www.amazon.fr/Le-Larousse-pain-Eric-Kayser/dp/2035884454 & http://www.amazon.fr/Latelier-gourmand-dEric-Kayser-Blandine/dp/2035904706).

Etant adepte des bons petits déjeuners et ayant testé ses recettes, il était nécessaire que je goûte les produits de ses boulangeries.

Verdict ? Sa réputation est méritée, mais à nuancer.

Kayser

Côté boulangerie, ses baguettes sont excellentes. Une croûte craquante, une mie aérée tout en restant consistante. Et enfin une boulangerie qui travaille au levain sans faire des pains très cuits, ça change ! Les pains au chocolat et croissants sont divins, le feuilletage est indéniablement réussi. La brioche est bonne, mais je m’attendais à un goût de beurre plus relevé.

Côté pâtisserie, les cookies chocolat au lait/cacahuètes sont à essayer. Ceux qui apprécient le goût de la cacahuète peuvent devenir accro (croyez-moi, des personnes de mon entourage en ont fait les frais). La texture est réellement exceptionnelle. Les macarons sont bons aussi, mais quitte à vouloir des bons macarons d’autres adresses sont à privilégier.

Bref, pour un bon petit déjeuner, le label Erick Kayser est un gage de qualité ! Kayser

Restaurant à Paris : Carette … Mon coup de coeur pour le petit déjeuner

Carette Paris

Entre Carette et moi… une véritable histoire d’amour. J’irai même jusqu’à dire d’amour passionnel. Depuis que je l’ai découvert, place des Vosges dans le Marais, j’y retourne dès que l’occasion se présente. Dans ce petit coin de paradis, on s’installe avec plaisir en extérieur, et on se délecte de leurs viennoiseries et pâtisseries en se gorgeant de la douceur du soleil… L’ensemble de vos sens sont mis en ébullition dans ce lieu. Je m’emballe rien qu’à son souvenir, il y a tant à dire !  Mais je vais essayer de ne pas m’emporter et de vous en parler de façon plus intelligible et enfantine que « raaaaah je veux y retouuuurner…. ».

Par quoi commencer ? Un brin d’histoire peut être. Carette dispose de 2 adresses sur Paris : une place du Trocadéro, et une place des Vosges. La première, que je n’ai pas testée, a été fondée en 1927 par Jean Carette et sa femme, Madeleine, dont le prénom devait présager de leur succès. Ils se sont implantés quelques années plus tard en plein coeur du Marais, dans le cadre idyllique qu’est la place des Vosges.

Tout dans ce lieu inspire le bien-être. Que vous soyez sur la terrasse, au soleil ou à l’ombre selon votre choix, ou encore à l’intérieur par un jour pluvieux, l’ambiance qui y règne est source d’apaisement. A l’extérieur, vous serez installés confortablement sur des chaises en rotin et vous pourrez admirer les alcôves magnifiquement rénovées qui vous surplombent.

thumb_IMG_3450_1024

Carette Paris

A l »intérieur, les miroirs et les fenêtres ouvertes sur une cour intérieure illuminent à merveille les banquettes et fauteuils en cuir. La décoration à la fois ancienne mais briquée dans les moindres recoins résulte en une association parfaitement réussie.

Que dire du service ? Charmant, souriant, prévenant… En 2 visites, et des hôtesses toujours différentes, l’accueil et le service sont attentionnés. A la fois empreint de chaleur et de simplicité, on ne peut se sentir qu’à notre aise.

Et enfin qu’en est-il dans notre assiette ? Ce salon de thé propose une carte plus que variée afin de régaler nos envies sucrées et salées, même si cet établissement ne se révèle pas à la portée de toutes les bourses.

Pour le petit déjeuner, tout est excellent. Côté boissons, leurs jus de fruits pressés sont excellents et le chocolat chaud est une pure merveille, rien à voir avec ce qu’on vous sert dans un café classique. Après, le prix est à la hauteur de la qualité (8,5 les fruits pressés et 9 le chocolat chaud) mais aussi de la quantité (vous avez largement de quoi remplir 2 ou 3 tasses de chocolat). Je vous recommande d’ailleurs de prendre les formules pour les petits déjeuners qui sont très avantageuses.

Côté viennoiseries, elles sont … succulentes. Exquises. Bref (et pardonnez moi pour l’expression, mais elle est plus qu’appropriée), une tuerie. Les pains au chocolat et croissants représentent l’association parfaite d’un moelleux et d’un feuilletage légèrement craquant. L’odeur alléchante qui vient vous chatouiller les narines dès qu’on vous les apporte à table vous empêche d’ailleurs de prendre votre temps : impossible d’y résister ! (La prise de photo a en conséquence en lieu lors de ma 2nde visite car à la 1ère, j’avais tout dévoré avant même de réaliser que les photos étaient passées à la trappe…).

N’hésitez pas à prendre la formule avec les 3 mini viennoiseries (composé d’un pain au chocolat, d’un croissant et d’un oranais) car chez Carette, les mini s’approchent en réalité des tailles « classiques » en boulangerie et les normaux sont finalement très conséquents. Donc, comme déjà noté plus haut, les prix sont élevés mais la qualité ET la quantité sont au rendez-vous. On se régale aussi de leurs toasts, briochés ou au pain de mie, servis avec des confitures délicieuses.

Carette

Carette Paris

Je n’ai pas eu l’occasion de tester la carte du salé, mais leurs grandes salades, club sandwichs et autres classiques de la gastronomie française (quiche lorraine, soupe à l’oignon…) ont l’air particulièrement savoureux. De même, leurs pâtisseries et macarons semblent à la hauteur du reste. Ils proposent d’ailleurs à l’heure du thé une déclinaison de thés classiques, thés noirs/blancs et infusions dans laquelle vous trouverez forcément votre bonheur.

En bref, qu’il s’agisse de boire un verre, prendre un petit déjeuner, un déjeuner, ou que ce soit l’heure du goûter (bon d’accord, il serait plus approprié dire « l’heure du thé » quand on est des grandes personnes et qu’on est sensé (je dis bien sensé) être moins accro au sucre…), TOUTES les occasions sont bonnes pour s’y arrêter ! Non je vous promets, je n’ai pas été payée pour rédiger cet article, mais ce lieu mérite sincèrement toutes ces éloges. Alors si, comme pour moi, le petit déjeuner est le repas le plus important de votre journée, faites un détour, vous ne le regretterez pas !

En résumé : 

Service : 19/20

Cadre : 18/20

Rapport qualité-prix : 17/20

Comme d »habitude, toutes les informations à retrouver sur : http://www.carette-paris.fr/ et sur leur facebook pour leurs actualités : https://www.facebook.com/CaretteParis/timeline et évidemment les avis sur TripAdvisor.

Carette

25 place des Vosges

75003 Paris

(Horaires : ouverts 7j/7 de 7h30 à minuit)

Carette Paris

 

 

Restaurant à Paris – Le paradis du fruit : des fruits… loin de pousser au paradis !

Logo

Quand vous arrivez au paradis du fruit (il s’agit dans l’article en question de celui situé avenue Georges V à Paris 8, mais il y a au total 9 adresses étalées sur l’ensemble des arrondissements parisiens), vous fuyez instantanément la terrasse qui est bondée et bruyante. L’hôtesse vous amène alors (au pas de course, on sent bien que ces gens sont là pour faire du chiffre) vers l’intérieur, dont l’ambiance moderne est très agréable. Seulement vous vous rendez vite compte une fois assis que 1) l’air conditionné fonctionne de façon excessive ce qui fait que vous gelez sur place et 2) l’absence de fenêtre dans la dernière salle rend la lumière uniquement artificielle désagréable.

Vous prenez donc commande dans ce lieu réputé pour ses salades (il faut dire que le nom de l’enseigne vous invite à penser que les fruits et légumes utilisés doivent être frais et savoureux puisqu’ils nous viennent du « paradis »). Vos plats arrivent moins de 5 minutes plus tard. Et ici, j’en fais appel à vous : pensez-vous que des plats qui arrivent en moins de 5 minutes ont été préparés avec minutie pour satisfaire le client ? Personnellement, je n’y crois pas une seconde. D’ailleurs, les couleurs des aliments qui composent ma salade semblent confirmer cette première impression. J’y retrouve : des feuilles de salade à la texture élastique, des radis de la même trempe, des tomates cerises fades, une mozzarella (il va sans dire que le lait de bufflonne devait être trop onéreux à cette période de l’année) et une vinaigrette très loin de relever agréablement cet ensemble désastreux. Bon pour la salade, c’est donc raté.

Salade

2ème chance de relever leur réputation : on tente le Mamasköl, un plat à base de poulet assaisonné de curry et de vanille. Pourtant loin de dénigrer le sucré-salé, ici l’association des 2 est pour mon palais à la limite du comestible. Bref, 2ème échec.

Leur cocktail de fruits va-t-il sauver le peu d’honneur qu’il leur reste ? Oui ! Le « Rose Paradis », composé de fraise, banane, orange et citron est une pure merveille en bouche. Surtout en cette période estivale, et au-delà de leur aspect rafraîchissant, on s’y retrouve réellement au niveau des saveurs. Le cocktail est parfaitement dosé.

Qu’en est-il des desserts ? Allez, quitte à y être, on tente le « fondant au chocolat, crème anglaise et chantilly ». Quelle idée nous est donc passée par la tête ! Le fondant au chocolat, dont l’aspect lisse et absolument régulier laisse déjà penser qu’il s’agit d’un produit tout prêt, est décevant. Effectivement industriel, on ne retire aucun plaisir à sa dégustation. Et alors la crème anglaise… réduite à, peut être, allez soyons gentils, 10 ml dans cette petite fiole plongée dans le coeur du fondant (et parfaitement industrielle aussi également) on ne comprend même pas qu’elle soit inclue dans l’intitulé du dessert. Allez, un petit bon point pour la chantilly qui parait faite maison ou tout du moins qui est très aérienne et parfumée.

Dessert

Tout au long du repas, le service reste constant : rapide, avec un léger sourire, mais il ne faudra pas en demander plus.

Bref, pour résumer, allez-y si vous avez envie d’un bon cocktail de fruits. Si vous souhaitez manger, allez ailleurs !

En résumé :

Service : 13/20

Cadre : 12/20

Rapport qualité/prix : 13/20

 

Et comme toujours je vous laisse consulter les avis sur TripAdvisor et avoir de plus amples informations concernant leur menu et leurs différentes adresses : http://www.leparadisdufruit.fr/#accueil

Le paradis du Fruit

47 avenue George V

75008 Paris

Salle