L’Irrésistible aux fruits rouges, chocolat blanc et pralines roses

L'irrésistible au chocolat blanc, fruits rouges et pralines rosesDepuis quelques temps j’attendais d’avoir l’occasion d’essayer le gâteau signature d’Isabelle, surnommée Pucebleue du blog « J’en reprendrai bien un bout« , qu’elle décline à l’envie selon les fruits du moment et qui semble tout simplement faire un carton ! Ayant enfin sous la main des fruits, du chocolat blanc et des pralines roses, me voilà lancée dans cette recette qu’elle a dénommée « l’Irrésistible ». Et elle a bien raison, mis à part les récalcitrants aux fruits rouges, tous les amateurs de douceurs sucrées se sont laissés envoûter ! Pour un dessert qui sort de l’ordinaire, il sera parfait pour bluffer vos invités.

Pou un gâteau de 8 à 10 personnes :

  •  préparation : 15 minutes
  • cuisson : 50 minutes

Ingrédients :

  • 170 gr de farine T45
  • 1 sachet de levure chimique
  • 80 gr de sucre fin (100 dans la recette originale)
  • 150 gr de beurre 1/2 sel
  • 250 gr de ricotta
  • 165 gr d’oeufs (env. 3 gros oeufs)
  • 150 gr de chocolat blanc (170)
  • 100 gr de pralines roses (Isabelle en met 250)
  • 450 gr d’un mélange de fruits rouges

Préparation :

  • Dans un saladier passant au micro-ondes, concasser le chocolat et faites-le fondre avec le beurre. Réserver.
  • Dans un autre récipient, blanchir les oeufs entiers avec le sucre (Isabelle le fait au robot mais vous pouvez tout à fait y arriver sans). Ajouter ensuite la farine et la levure, mélanger jusqu’à obtenir une texture crémeuse.
  • Ajouter la ricotta, fouetter de nouveau.
  • Ajouter enfin le mélange chocolat et beurre fondu. Bien mélanger le tout.
  • Préparer votre moule, verser la moitié de la préparation. Parsemer ensuite de la moitié des fruits rouges et la moitié des pralines. Verser la 2nde moitié de l’appareil, et refaire de même avec les fruits rouges et les pralines.
  • Enfourner pour 50 minutes à 180° chaleur tournante. Comme Isabelle le conseille, il vaut mieux couvrir d’une feuille de papier aluminium en cours de cuisson car le gâteau brunit assez vite. A la fin des 50 minutes, laisser le refroidir dans le four en laissant la porte légèrement entrouverte.
  • Lorsqu’il a assez refroidi, démouler.

Ce gâteau est vraiment meilleur le lendemain, je vous conseille donc de le préparer la veille. Le côté sucré du chocolat blanc qui laisse une croûte caramélisée, combiné à la légère acidité des fruits rouges et le croquant des pralines roses en font un dessert véritablement irrésistible, mais n’hésitez pas à le décliner avec d’autres fruits selon vos goûts !

L'irrésistible au chocolat blanc, fruits rouges et pralines roses 3 L'irrésistible au chocolat blanc, fruits rouges et pralines roses 4L'irrésistible au chocolat blanc, fruits rouges et pralines roses 2

Publicités

Muffins banane chocolat sans gluten

Muffins banane chocolat sans glutenDes bananes trop mûres qui trainent dans votre corbeille de fruits? Des restes d’oeufs de pâques à utiliser avant les chaleurs de l’été ? Voilà la recette qu’il vous faut ! Ces petits muffins sont absolument délicieux tout en restant très légers, alors ne vous en privez pas ! Pour accompagner un thé, un café ou simplement pour le petit déjeuner, ils sont parfaits et vite faits. La banane apporte le côté énergie, et le chocolat la touche de gourmandise. Comme toujours, les arômes de la banane cuite sont, à mon goût, plus appréciables à froid. Je vous préconise donc de les préparer la veille de la dégustation (recette originale sur le site de cuisine AZ). Pour ma part, j’ai ici utilisée de la farine de riz afin de satisfaire les intolérants au gluten, mais vous pouvez tout à fait utiliser une farine de blé classique, le goût reste inchangé.

Muffins à la banane et au chocolat – pour une douzaine de mini muffins :

  • préparation : 10 minutes
  • cuisson : 15 minutes

Ingrédients :

  • 110 gr de farine de riz blanche
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 2 cuillères à soupe de sucre fin
  • 55 gr d’oeufs (1 gros oeuf)
  • 60 gr de beurre doux ou margarine (un mélange de 30gr beurre/30gr margarine pour ma part)
  • 40 ml de crème liquide légère à 4% de m.g.
  • 2 bananes bien mûres
  • 6 à 12 oeufs au chocolat noir ou chocolat noir/praliné (l’association avec la banane est divine !)

Préparation :

  • Faire fondre le beurre, laisser tiédir, puis ajouter le sucre.
  • Dans un autre récipient, mélanger l’oeuf avec la farine, la levure et la crème.
  • Ajouter le beurre sucré à cette préparation.
  • Enlever la peau des bananes et les écraser à la fourchette. Incorporer à la préparation précédente.
  • Verser l’appareil obtenu dans des moules à mini-muffins en remplissant les empreintes jusqu’aux 2/3.
  • Placer un oeuf ou un demi-oeuf de pâques dans chaque empreinte, selon votre faim de chocolat du jour !
  • Enfourner 15 (à 20) minutes à 180°, chaleur tournante. Les muffins sont cuits lorsque la lame du couteau (ou le testeur de cuisson si vous en avez un, je vous recommande ce petit achat qui permet d’éviter les gros trous dans les gâteaux !) ressort sèche.

Laisser tiédir, démouler, et conserver dans une boîte métallique jusqu’à dégustation. Bon appétit !
Muffins banane chocolat sans gluten

Restaurant à Aix-en-Provence : L’Opéra, une pépite gastronomique bien cachée !

L'opéraLes anniversaires sont toujours l’occasion de se faire au plaisir au restaurant. Et avoir la lourde de tâche de trouver LE restaurant qui conviendra à tout le monde est loin d’être chose facile mais le challenge a été relevé dans cet établissement que je recommande désormais à tout mon entourage : l’Opéra !

Car oui en plein hiver il vaut mieux éviter les terrasses, même si elles sont chauffées (quand on est frileuse jusqu’au bout des ongles…), éviter les restaurants dans lesquels, malgré un menu plus qu’appétissant, les chaises sont « design » (comprenez, en tôle ou en bois sans coussin à en ressortir avec un mal de …), et enfin, éviter quand même des menus à un prix excessif qui font exploser le budget dès que vous y allez à plusieurs. Impossible me direz-vous? Et non ! L’Opéra réunissait toutes les conditions, et a relevé le défi de nous régaler avec brio.

A l’écart dans une petite rue dans laquelle vous n’auriez pas l’idée d’aller vous promener de nuit au départ (à moins d’avoir l’apparence d’un camionneur ne craignant rien n’y personne), l’Opéra vous accueille dans une ambiance aux couleurs vives et chatoyantes. Le cadre est élégant, lumineux, et les assises plus que confortables (et je vous assure que je dispose dans mon entourage d’une personne très critique à cet égard). Le seul bémol que je me permettrai de relever concerne les places les plus proches de la porte du restaurant qui, de par sa taille, laisse entrer des courants d’air froids à décourager les frileux. Après je reconnais avoir un thermomètre interne quelque peu déréglé car je fus la seule gênée ce soir là. 

L'opéra Aix

Le service est attentionné : le personnel est là pour prendre vos vestes à votre arrivée et vous installer à votre table le sourire aux lèvres. L’équipe est jeune, à l’écoute et ayant trouvé le juste équilibre entre des manières qui pourraient vous faire vous sentir dans un restaurant étoilé et une énergie chaleureuse.

A table, le service est loin d’être pressant, et si je le relève c’est qu’il est bien rare aujourd’hui qu’on vous laisse le temps de discuter et d’explorer la carte avec attention (surtout pour ceux qui, comme moi, ne savent jamais quoi choisir et inspectent méticuleusement la carte comme s’il s’agissait du plus gros contrat de notre vie). Enfin ici il est inutile de vous prendre la tête, car oui, je vous l’assure, tout est bon !

Même si les traditions laissent à penser que dans un cadre bon chic bon genre, nous aurions commandé du champagne pour festoyer dignement ce moment, nous avons décidé de laisser la part belle aux cocktails cette fois-ci. Ils vous proposent d’ailleurs non pas un « plat du jour » mais bien un « cocktail du jour » qui, selon vos goûts, pourrait bien vous étonner car ils s’escriment à sortir de l’ordinaire. Je vous recommande chaleureusement « l’After sex », composé de vodka, crème de pêche, jus d’orange et sirop de grenadine (« c’est bien un choix de nana » me direz-vous, mais ne vous inquiétez pas les hommes peuvent également trouver leur bonheur parmi les autres choix à la carte). Accompagnant vos apéritifs, des amuses-bouches vous seront offertes afin de vous sensibiliser déjà à l’inventivité et au raffinement qui règnent en cuisine.


L'opéra Aix- uneclairencuisine

Les entrées parviennent parfaitement à vous mettre en appétit sans encombrer votre estomac outre mesure pour accueillir la suite. La « déclinaison de canard en 3 façons » raviront les amateurs de cette volaille, mais (et excusez-moi d’avance pour le jeu de mots), « ne casse pas non plus 3 pattes à un canard », même si les produits sont de qualité. Seules les rillettes sont particulièrement savoureuses, riches en goût sans être trop grasses. La « courgette ronde farcie à la chair de crabe » est également réussie, des saveurs rondes et douces représentatives de la cuisine méditerranéenne. Enfin le « velouté de potimarron, accompagné de son toast et espuma de cèpes » est absolument exquis par la finesse de ses arômes. Bref, sur 3 entrées testées sur les 4 proposées, ils font déjà un carton plein (je vous laisse saliver devant les photos).

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

Qu’en est-il des plats? Eh bien ils ne nous déçoivent pas non plus. Les associations et les cuissons, tant pour le poisson que pour la viande, sont savamment maîtrisées. Qu’il s’agisse de la pêche du jour, ou bien de la tranche de faux filet (bio par ailleurs, ce qui est loin d’être négligeable selon mon point de vue), le chef choisit la plancha et a bien raison, la cuisson est parfaite. La viande est fondante et vous la dévorerez sans vous en rendre compte. Les plus gourmands iront jusqu’à saucer la dernière goutte du jus de la viande avec un morceau de pain, et je les remercie pour le pain au levain de qualité qui nous est servi (vous connaissez maintenant, pour ceux qui me suivent, mon attachement au vrai bon pain et mon dégoût pour les infâmes rondelles industrielles que la plupart des « restaurants » se plaisent à nous proposer).  Les accompagnements sont judicieusement choisis et relèvent à merveille les saveurs de votre plat.

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

Et enfin, ma partie préférée… les desserts. Et là aussi, ils font un sans faute ! « L’assiette de fromages affinés » ravira les amateurs de fromage car ils vont les sélectionner auprès d’un excellent fromager à Aix-en-Provence (Benoit Lemarié, pour ne pas le citer). Le « délice de marron, sur sa dacquoise praliné et coeur au chocolat » ravira les adeptes de cette saveur hivernale, permettant de finir le repas sur une note fraîche sans être pour autant trop sucrée. Chapeau bas pour le café gourmand qui sort de l’ordinaire, avec notamment sa mousse saveur Barbapapa au sucre pétillant. Et le tout comme toujours, présenté avec le soin de vous donner l’envie d’y plonger votre cuillère alors que le serveur n’a pas encore posé votre assiette (non, vous n’avez pas le droit de lui subtiliser sauvagement même si vous ne tenez plus).

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

thumb_IMG_4574_1024

En bref, qu’est-ce qu’on retient? Mis à part un emplacement « particulier », quelques courants d’air froids (oui bon d’accord, ça, ça ne tient qu’à moi), les plats sont excellents, les associations savamment réfléchies, les produits – de qualité – parfaitement mis en valeur, un cadre agréable et un service au top. Une dernière bonne nouvelle? Le rapport qualité-prix. Parce qu’au vu de ce qui nous est servi, la formule « entrée-plat-dessert » pour 34 euros (mis à part les suppléments pour certains plats, qui n’excèdent jamais les 3 euros), c’est plus que correct ! Alors avis aux Aixois et touristes de passage, si vous souhaitez passer un bon moment gustatif dans un cadre raffiné, allez faire un tour dans ce restaurant bistronomique, je vous promets de ne pas être déçus ! 😉

En résumé

Cadre : 15/20

Rapport qualité-prix : 18/20

Service : 16/20

L’Opéra

18, rue Fermée

13100 Aix-en-Provence

04.42.12.44.67

L’Opéra vous accueille tous les soirs de la semaine de 19h à minuit.

Comme toujours, plus d’information sur leur site ou leur page Facebook et vous pouvez consulter les avis sur TripAdvisor ou Lafourchette mais ils sont plutôt unanimes : ce restaurant vaut le détour !

L'opéra Aix uneclairencuisine

Restaurant à Cassis : Le Bistrot La Petite Cuisine de La Villa Madie … ou comment se régaler au soleil

La Villa MadieLe long de la côte Méditerranéenne, les terrasses des restaurants sont toujours bondées dès que le soleil montre le bout de son nez, et il faut reconnaître que du côté de Marseille il est souvent dans les parages. Depuis quelques temps de bons échos sur le restaurant La Villa Madie se répandaient, alors lorsque l’occasion s’est présentée, direction le bord de mer au pied du Cap Canaille pour aller réveiller ses papilles dans ce lieu tenu par Marielle et Dimitri Droisneau, formés auprès des plus grands de la gastronomie (tels que Marc Veyrat pour Madame, et Eric Fréchon pour Monsieur).

A votre arrivée, vous aurez déjà les prémices d’un service attentionné notifié par la présence d’un voiturier qui vous proposera de garer votre véhicule sur leur parking privé. Vous entrerez alors dans une villa typiquement provençale. Si vous avez l’occasion de tester le restaurant gastronomique, vous vous arrêterez alors au rez-de-chaussée. Si vous vous rendez au bistrot La Petite Cuisine (un lieu dédié à la cuisson au feu de bois) dont je vous parle aujourd’hui, une hôtesse vous accompagnera jusqu’au premier étage afin de vous placer à une table, ensoleillée ou ombragée selon vos souhaits. Le personnel fait tout son possible pour satisfaire vos attentes et faire en sorte que vous passiez le meilleur moment possible dans ce lieu, et c’est très appréciable. Au départ placée à une table ombragée, le vent ce jour là me donnait froid et il m’a été rapidement apporté, sans aucune requête de ma part, un plaid afin de me réchauffer. L’hôtesse nous a ensuite déplacés dès que possible à une table ensoleillée afin de me faire plaisir.

A l’ombre ou au soleil, vous aurez en tout cas le loisir de vous trouver dans un cadre de rêve puisque la terrasse offre une vue sur la mer, le tout encadré par les pins qui composent les paysages idylliques de la Méditerranée… en bref, un cadre de rêve, parfait pour se gorger de vitamines D.

thumb_IMG_3679_1024

Qu’en est-il du contenu de nos assiettes ? Déjà pour commencer, vous vous délecterez de quelques amuses bouches offertes et pensées selon la saison. A l’époque, la fin de l’été était encore au melon et des verrines de soupe de melon nous ont été proposées. Malheureusement celles-ci se sont révélées fades, peu sucrées et gorgées d’eau. Heureusement, les tartines avec un carpaccio de poisson qui les accompagnaient étaient excellentes (mais absentes de la photo car dévorées à peine arrivées sur notre table !).

Amuses bouches

Pour les entrées, la tomate/mozzarella est excellente, les tomates sont fondantes et goûteuses à souhait, l’assaisonnement savamment pensé. La salade de haricots verts et gambas est du même niveau, les haricots sont croquants et les gambas cuites à la perfection. Les calamars et saucisson maisons, accompagnés de poivrons et sucrine sont également délicieux, mais les palais les plus sensibles pourront les trouver un peu trop salés.

Tomate mozzarella

Haricots & Gambas Calamars & Saucisson maison

Pour la suite, les « Goujonnettes Sauce tartare aux zestes d’agrumes » sont bonnes et représentent très bien l’esprit Fish & Chips, la sauce qui les agrémente rehausse leur goût dans un bel équilibre des saveurs.

thumb_IMG_3676_1024

L’espadon est tout simplement divin, fondant à un point que vous l’avalerez en entier sans même vous rendre compte de la quantité. Les légumes qui sont servis en accompagnement sont cependant très particuliers, en lien avec leur mode de cuisson dans ce panier qui leur confère un goût singulier, et qui par-dessus tout ne semblent absolument pas avoir été salés.thumb_IMG_3677_1024 thumb_IMG_3678_1024

Enfin les desserts : la tarte au citron est succulente. Le sablé a la texture parfaite, la crème citron est acidulée à souhait tout comme le sorbet qui le recouvre. Le baba au rhum, et pour le coup le rhum n’est pas présent que dans l’intitulé, est bon sans être extra-ordinaire. Cependant la glace vanille qui le surplombe est tout simplement la meilleure que j’ai pu rencontré jusqu’à aujourd’hui, et je regrette de ne pas leur avoir demandé le nom de leur fournisseur, à moins qu’elle ne soit faite maison !

Tarte au citron Baba au rhum

A la fin le service s’étiole un peu, l’attente notamment du dessert s’est révélée très longue. Il y avait forte affluence ce jour-là, mais heureusement pour eux je pense que la beauté du cadre apaise les gens qui contentent ainsi leur énervement.

thumb_IMG_3682_1024

Qu’en est-il de l’addition ? Il faut déjà noter que celle-ci arrive accompagnée de quelques mignardises, geste toujours appréciable même si vous n’avez plus faim au moment où elles sont servies (autrement dit presque 45 minutes après avoir fini votre dessert). Quoiqu’il en soit, un menu à 45 euros par personne pour entrée/plat/dessert, au vu de la qualité des produits et du travail réalisé en cuisine, du cadre, et de l’attention du service, c’est un très beau rapport qualité/prix qui invite à y revenir !

Mignardises

En bref, si vous habitez dans les environs ou que vous êtes de passage sur Marseille, prenez le temps de vous ressourcer et de régaler vos papilles dans cet établissement, vous ne le regretterez pas ! Et peut-être à bientôt pour une critique de leur restaurant gastronomique, dont la réputation surpasse celle de leur bistrot … Affaire à suivre !

En résumé :

Cadre : 19/20

Service : 15/20

Rapport qualité/prix : 17/20

La Petite Cuisine – La Villa Madie

Avenue de Revestel-anse de Corton,

13260 Cassis

04 96 18 00 00

RESERVATION INDISPENSABLE !

La Petite Cuisine ouvre ses portes tous les midis du lundi au vendredi.

Plus d’information sur leur site : La Villa Madie

thumb_IMG_3688_1024

Salon de thé à Paris : La célèbre maison Angelina – un bilan mitigé

Façade

Fondée en 1903 par un confiseur Autrichien qui lui donna le nom de sa belle-fille, la maison Angelina est devenue un lieu incontournable à Paris. Elle doit sa réputation à deux produits phares : le chocolat chaud « Angelina » et un Mont Blanc revisité. Les célébrités y ont paradé, tout comme (désolée pour la référence ultra-féminine) la fameuse Coco Chanel. Tous ces éléments font, lorsque vous recherchez sur notre plus grand ami (je parle bien évidemment de Google,) les meilleurs endroits pour prendre un petit-déjeuner sur Paris, voilà que l’ensemble des blogs/articles vous orientent vers elle. Alors quoi de mieux que d’aller y faire un tour pour voir si sa réputation est méritée ?

Arrivés sur les lieux, vous aurez déjà l’opportunité de mettre à l’épreuve votre patience face à une file d’attente d’une longueur respectable, puisqu’elle vous permet à peine de passer la porte de l’établissement (et il faut noter qu’elle est composée à 90% de touristes asiatiques qui dégainent leur appareil photo environ toutes les 15 millisecondes, ce qui vous amènera probablement à vous demander ce qu’ils font de ces superbes photos de « tapis », « rambarde » et autres éléments que vous auriez ignorés en temps normal).

Passée ce moment d’égarement où vous aurez eu le loisir d’admirer de loin les pâtisseries vendues dans la boutique (et de vous poser des débats existentiels sur nos très chers touristes photographes), une hôtesse d’accueil vous orientera vers l’une de ses collègues afin qu’elle vous amène à votre table. Le personnel est, à l’image du lieu, souriant mais distant. Enfin assis sur un fauteuil à l’ancienne (dont l’assise se révèle quelque peu inconfortable), vous pourrez prendre le temps d’observer la décoration raffinée et élégante de l’établissement, ainsi que les peintures qui ornent notamment le plafond, mais dont les tons peuvent vite se révéler tristes dès que le temps se couvre. L’absence d’ouverture vers l’extérieur assombrit regrettablement la pièce. L’établissement étant souvent bondé et les tables rapprochées, le lieu devient vite désagréable par la cacophonie permanente qui y règne.

Salle

La carte en main et selon l’heure, vous aurez le choix entre les formules du petit déjeuner/brunch, les mets salés ou encore les formules pour l’heure du thé. Pour les formules petit-déjeuner testées, vous aurez droit à un ensemble de 3 mini viennoiseries, un petit pain, un jus de fruit et une boisson chaude (pour la formule « Parisienne ») agrémentés d’une salade de fruits et d’oeufs cuits à votre convenance (pour la formule « Angelina »). Gourmande, je choisis bien évidemment le chocolat chaud. Qu’en est-il de ce fameux chocolat qui fait toute leur réputation ? Onctueux et sucré, il est effectivement délectable. Il ne faut cependant pas en abuser car il peut devenir écoeurant pour certains. La chantilly qu’on vous sert dans un ramequin adjacent, telle une pépite, est l’une des pires à ma connaissance. Très étonnant je vous l’accorde, mais la texture tout autant que le goût sont à revoir. En bref, ni aérienne, ni sucrée, vous y plongez une fois la cuillère sans y revenir.

Début

Chocolat chaud

Qu’en est-il du reste ? Le jus d’orange est bon, sans sortir de l’ordinaire, des oranges pressées telles qu’on peut en trouver dans n’importe quel café qui sache un tant soit peu les sélectionner. Les mini viennoiseries, de même, sont relativement bonnes mais restent loin de l’excellence. Très grasses pour ce qui est du petit pain au chocolat et et du croissant, tandis que le pain au raisins se révèle sec. Ouf, les petits pains viennent sauver la donne ! La texture et le goût sont divins. Malheureusement, on apprend si l’on pose la question que celui-ci n’est pas maison mais provient d’une boulangerie Parisienne. Bon, ils se rattrapent au moins sur les accompagnements : les confitures sont tout simplement exquises (n’ayant d’ailleurs pas eu assez de pain pour les finir, je me suis enfuie avec). Toujours dans cette même lignée, l’omelette proposée dans la formule « Angelina » ne vous fera pas vous extasier. La salade de fruits a le mérite de vous proposer des saveurs exotiques que vous ne retrouveriez pas ailleurs.

Viennoiseries

Tous ces mets vous seront proposés sur une table dont la taille vous amènera à déplacer et déplacer encore les différentes assiettes afin de réussir à manger ce que vous souhaitez, sans jamais réussir à poser ne serait-ce que votre poignet (ni votre coude en fin de repas, même si la bienséance nous invite à éviter ce genre de tenue). Pas très agréable me direz-vous, et vous aurez bien raison.

Et la note dans tout ça me direz-vous? 20 euros la formule « petit déjeuner Parisien » et 29,50 pour le « petit déjeuner Angelina ». Au vu du portrait que je viens de dresser, le tarif parait excessif, et reposer pour beaucoup sur la notoriété du lieu. En bref, même si cela vaut le détour une fois dans sa vie pour aller déguster leur chocolat, je ne conseillerai pas cet endroit pour le petit déjeuner. Je n’ai pas eu cependant l’occasion de tester leurs pâtisseries qui semblent elles, de par leur créativité et la qualité des ingrédients utilisés, valoir qu’on prenne le temps de s’arrêter.

Note

En résumé : 

Cadre : 14/20

Service : 14/20

Rapport qualité/prix : 13/20

Angelina

226, rue de Rivoli

75001 Paris

Ouvert de 7h30 à 19h du lundi au jeudi, de 7h30 à 19h30 le vendredi, et de 8h30 à 19h30 les week-ends et jours fériés

http://www.angelina-paris.fr/fr/

Allez pour le fun, une photo des toilettes des dames, dont l’ambiance raffinée donne envie d’y faire un tour même si aucune raison physiologique ne vous y presse…

Toilette