Restaurant à Aix-en-Provence : L’Opéra, une pépite gastronomique bien cachée !

L'opéraLes anniversaires sont toujours l’occasion de se faire au plaisir au restaurant. Et avoir la lourde de tâche de trouver LE restaurant qui conviendra à tout le monde est loin d’être chose facile mais le challenge a été relevé dans cet établissement que je recommande désormais à tout mon entourage : l’Opéra !

Car oui en plein hiver il vaut mieux éviter les terrasses, même si elles sont chauffées (quand on est frileuse jusqu’au bout des ongles…), éviter les restaurants dans lesquels, malgré un menu plus qu’appétissant, les chaises sont « design » (comprenez, en tôle ou en bois sans coussin à en ressortir avec un mal de …), et enfin, éviter quand même des menus à un prix excessif qui font exploser le budget dès que vous y allez à plusieurs. Impossible me direz-vous? Et non ! L’Opéra réunissait toutes les conditions, et a relevé le défi de nous régaler avec brio.

A l’écart dans une petite rue dans laquelle vous n’auriez pas l’idée d’aller vous promener de nuit au départ (à moins d’avoir l’apparence d’un camionneur ne craignant rien n’y personne), l’Opéra vous accueille dans une ambiance aux couleurs vives et chatoyantes. Le cadre est élégant, lumineux, et les assises plus que confortables (et je vous assure que je dispose dans mon entourage d’une personne très critique à cet égard). Le seul bémol que je me permettrai de relever concerne les places les plus proches de la porte du restaurant qui, de par sa taille, laisse entrer des courants d’air froids à décourager les frileux. Après je reconnais avoir un thermomètre interne quelque peu déréglé car je fus la seule gênée ce soir là. 

L'opéra Aix

Le service est attentionné : le personnel est là pour prendre vos vestes à votre arrivée et vous installer à votre table le sourire aux lèvres. L’équipe est jeune, à l’écoute et ayant trouvé le juste équilibre entre des manières qui pourraient vous faire vous sentir dans un restaurant étoilé et une énergie chaleureuse.

A table, le service est loin d’être pressant, et si je le relève c’est qu’il est bien rare aujourd’hui qu’on vous laisse le temps de discuter et d’explorer la carte avec attention (surtout pour ceux qui, comme moi, ne savent jamais quoi choisir et inspectent méticuleusement la carte comme s’il s’agissait du plus gros contrat de notre vie). Enfin ici il est inutile de vous prendre la tête, car oui, je vous l’assure, tout est bon !

Même si les traditions laissent à penser que dans un cadre bon chic bon genre, nous aurions commandé du champagne pour festoyer dignement ce moment, nous avons décidé de laisser la part belle aux cocktails cette fois-ci. Ils vous proposent d’ailleurs non pas un « plat du jour » mais bien un « cocktail du jour » qui, selon vos goûts, pourrait bien vous étonner car ils s’escriment à sortir de l’ordinaire. Je vous recommande chaleureusement « l’After sex », composé de vodka, crème de pêche, jus d’orange et sirop de grenadine (« c’est bien un choix de nana » me direz-vous, mais ne vous inquiétez pas les hommes peuvent également trouver leur bonheur parmi les autres choix à la carte). Accompagnant vos apéritifs, des amuses-bouches vous seront offertes afin de vous sensibiliser déjà à l’inventivité et au raffinement qui règnent en cuisine.


L'opéra Aix- uneclairencuisine

Les entrées parviennent parfaitement à vous mettre en appétit sans encombrer votre estomac outre mesure pour accueillir la suite. La « déclinaison de canard en 3 façons » raviront les amateurs de cette volaille, mais (et excusez-moi d’avance pour le jeu de mots), « ne casse pas non plus 3 pattes à un canard », même si les produits sont de qualité. Seules les rillettes sont particulièrement savoureuses, riches en goût sans être trop grasses. La « courgette ronde farcie à la chair de crabe » est également réussie, des saveurs rondes et douces représentatives de la cuisine méditerranéenne. Enfin le « velouté de potimarron, accompagné de son toast et espuma de cèpes » est absolument exquis par la finesse de ses arômes. Bref, sur 3 entrées testées sur les 4 proposées, ils font déjà un carton plein (je vous laisse saliver devant les photos).

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

Qu’en est-il des plats? Eh bien ils ne nous déçoivent pas non plus. Les associations et les cuissons, tant pour le poisson que pour la viande, sont savamment maîtrisées. Qu’il s’agisse de la pêche du jour, ou bien de la tranche de faux filet (bio par ailleurs, ce qui est loin d’être négligeable selon mon point de vue), le chef choisit la plancha et a bien raison, la cuisson est parfaite. La viande est fondante et vous la dévorerez sans vous en rendre compte. Les plus gourmands iront jusqu’à saucer la dernière goutte du jus de la viande avec un morceau de pain, et je les remercie pour le pain au levain de qualité qui nous est servi (vous connaissez maintenant, pour ceux qui me suivent, mon attachement au vrai bon pain et mon dégoût pour les infâmes rondelles industrielles que la plupart des « restaurants » se plaisent à nous proposer).  Les accompagnements sont judicieusement choisis et relèvent à merveille les saveurs de votre plat.

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

Et enfin, ma partie préférée… les desserts. Et là aussi, ils font un sans faute ! « L’assiette de fromages affinés » ravira les amateurs de fromage car ils vont les sélectionner auprès d’un excellent fromager à Aix-en-Provence (Benoit Lemarié, pour ne pas le citer). Le « délice de marron, sur sa dacquoise praliné et coeur au chocolat » ravira les adeptes de cette saveur hivernale, permettant de finir le repas sur une note fraîche sans être pour autant trop sucrée. Chapeau bas pour le café gourmand qui sort de l’ordinaire, avec notamment sa mousse saveur Barbapapa au sucre pétillant. Et le tout comme toujours, présenté avec le soin de vous donner l’envie d’y plonger votre cuillère alors que le serveur n’a pas encore posé votre assiette (non, vous n’avez pas le droit de lui subtiliser sauvagement même si vous ne tenez plus).

L'opéra Aix uneclairencuisine

L'opéra Aix uneclairencuisine

thumb_IMG_4574_1024

En bref, qu’est-ce qu’on retient? Mis à part un emplacement « particulier », quelques courants d’air froids (oui bon d’accord, ça, ça ne tient qu’à moi), les plats sont excellents, les associations savamment réfléchies, les produits – de qualité – parfaitement mis en valeur, un cadre agréable et un service au top. Une dernière bonne nouvelle? Le rapport qualité-prix. Parce qu’au vu de ce qui nous est servi, la formule « entrée-plat-dessert » pour 34 euros (mis à part les suppléments pour certains plats, qui n’excèdent jamais les 3 euros), c’est plus que correct ! Alors avis aux Aixois et touristes de passage, si vous souhaitez passer un bon moment gustatif dans un cadre raffiné, allez faire un tour dans ce restaurant bistronomique, je vous promets de ne pas être déçus ! 😉

En résumé

Cadre : 15/20

Rapport qualité-prix : 18/20

Service : 16/20

L’Opéra

18, rue Fermée

13100 Aix-en-Provence

04.42.12.44.67

L’Opéra vous accueille tous les soirs de la semaine de 19h à minuit.

Comme toujours, plus d’information sur leur site ou leur page Facebook et vous pouvez consulter les avis sur TripAdvisor ou Lafourchette mais ils sont plutôt unanimes : ce restaurant vaut le détour !

L'opéra Aix uneclairencuisine

Publicités

Tarte au citron revisitée en verrine

Tarte au citron revisitéeAprès les desserts riches en sucre des fêtes, voilà qu’une envie d’acidulé pointait son nez… Quoi de mieux qu’une tarte au citron pour y répondre? Mais pour changer des classiques, c’est parti pour une revisite sous forme de verrine ! Quelques framboises offertes par mon maraîcher et des verrines toutes neuves, et hop, aux fourneaux ! 

Pour 6 verrines, il vous faudra :

  • réaliser des sablés bretons (recette sur mon précédent article, comptez 1h30 temps de repos et cuisson compris) ou alors prendre des sablés bretons déjà prêts (les Traou Mad sont évidemment les meilleurs)
  • réaliser le lemon curd
  • une barquette de framboises fraîches

Pour le lemon curd :

Ingrédients :

  • 3 citrons (zestes et jus)
  • 220 gr d’oeufs (env. 4 gros oeufs)
  • 180 gr de sucre semoule
  • 100 gr beurre

Préparation :

  • Laver les citrons et prélever les zestes (la microplane est d’enfer pour avoir des zestes de qualité)
  • Mélanger le sucre et les zestes du bout des doigts et laisser infuser 5 minutes
  • Ajouter ensuite le jus des 3 citrons, et les oeufs préalablement battus. Bien mélanger
  • Verser l’ensemble dans une casserole et laisser épaissir sur feu doux (3 sur ma plaque à induction) en fouettant sans cesse. Cela peut prendre un certain temps (bien 10 à 15 minutes mais le résultat sera à la hauteur de votre patience)
  • Une fois qu’elle aura atteint une consistance onctueuse, retirer du feu, laisser tiédir quelques instants et incorporer progressivement le beurre coupé en morceaux.
  • Verser dans un plat et filmer au contact. Laisser refroidir avant de placer au réfrigérateur.

Vous pouvez sans souci préparer ce lemon curd la veille, pour n’avoir plus que le montage à réaliser si vous recevez.

Montage des verrines :

  • Préparer le fond des verrines : si vous n’avez pas de mortier, ne vous inquiétez pas, une technique très simple et rustique consiste à placer vos sablés bretons dans des sacs congélations, et d’utiliser votre rouleau à pâtisserie pour les réduire en miettes (personnellement j’aime bien préserver quelques gros morceaux pour garder du croquant).
  • Déposer les sablés bretons réduits en miettes dans le fond de vos verrines, égaliser le niveau (pas comme sur ma photo 😉 ), placer votre lemon curd dans une poche à douille et répartir sur les sablés.
  • Ajouter des framboises fraîches à votre convenance

Et voilà un élément de votre café gourmand pour épater vos invités 😉 et éviter un dessert trop lourd après un repas bien copieux digne des fêtes de fin d’année !

Vous pouvez les préparer quelques heures avant et les conserver au frais si d’autres préparations nécessitent plus de travail en dernière minute.

Tarte au citron revisitée1

Gratin de poivrons et tomates au basilic

thumb_IMG_4447_1024

Les tomates et les poivrons, on les adore en salade, mais quand l’hiver vient il ne faut pas pour autant les oublier ! Ils sont également savoureux en gratin, passés tout simplement au four avec un peu de chapelure pour le plaisir du croustillant. Comment garder de la couleur et de la légèreté avant les fêtes ? Je vous laisse suivre la recette !

Pour 2 personnes :

  • préparation : 5 minutes
  • cuisson : 25 minutes

Ingrédients :

  • 1 gros poivron jaune
  • 2 tomates
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuillères à soupe de chapelure
  • basilic
  • 1 pincée de fleur de sel

Préparation :

  • Laver les poivrons, ôter le pédoncule et les égrainer puis les couper en demi-lanières
  • Laver les tomates, les couper en cubes
  • Dans un saladier, mélanger les tomates et poivrons à l’huile d’olive et enrober généreusement de basilic.
  • Placer dans un plat à gratin, saupoudrer de fleur de sel et de chapelure.
  • Faire cuire 25 min à 210° chaleur tournante.

Simple, bon, équilibré, un plat chaud parfait pour les journées de grisaille qui nous attendent ! thumb_IMG_4446_1024